Franz Bartelt

 

Né en 1949 dans l’Eure, Franz Bartelt vit dans les Ardennes, en voisin de Rimbaud. Très tôt, il tombe dans la littérature et les romans noirs — ses instituteurs pensaient le punir en l’obligeant à lire des romans. Il se met à l’écriture dès l’âge de 13 ans. À 19 ans, il entre à l’usine, mais en 1985, Franz Bartelt décide de se consacrer entièrement à l’écriture, le tout en un : romancier, poète, dramaturge, feuilletoniste et surtout nouvelliste. Toujours cocasse et tendre, il manie l’humour noir, cette autodérision qui est sa marque de fabrique, avec le savoir-faire d’un fin limier. Il remporte le Grand Prix de l’Humour noir en 2000 pour Le Jardin du bossu et le prix Goncourt de la Nouvelle en 2006 pour son recueil Le Bar des habitudes.

En 2017 son livre Les Bottes Rouges a été adapté au cinéma  par Manuel Sanchez sous le titre La dorMeuse Duval.

Son dernier ouvrage, Hôtel du Grand Cerf, paru  dans la toute nouvelle collection Cadre noir du Seuil (mai 2017) vient de recevoir le 69e Grand prix de littérature policière

Écrite dans un style impeccable, cette enquête faussement classique verra tout un village passé au crible de la plume si particulière de Franz Bartelt, toujours entre burlesque et mélancolie. Dans Hôtel du Grand Cerf, on rit énormément, mais tout est élégant, et rien n’est banal. C’est jubilatoire, cruel, charpenté, ciselé, profond et léger à la fois, bref… c’est du Franz Bartelt. (C. Dutigny, La cause littéraire)

Hasard des calendriers, Le Facteur théâtre met en spectacle Petit éloge de la vie de tous les jours du 22 au 26 novembre au Cellier !

 

 

Laisser un commentaire