Interpol’Art va au théâtre !

 

Le polar sous toutes ses formes, du thriller à l’enquête policière classique, écrit, filmé ou télévisé se nourrit de “coups de théâtre”, la littérature théâtrale, de son côté, fait  appel bien souvent au “suspens”. C’est là que les chemins d’Interpol’Art et du Facteur Théâtre se sont croisés. Ils ont saisi l’occasion de partager  un moment privilégié ensemble autour des écritures contemporaines et polar avec une programmation exclusivement polar du festival L’été en automne dont l’Acte 1 se jouera pendant Interpol’Art, du lundi 8 octobre au samedi 13.

Six auteurs ont joué le jeu, nous en rencontrerons quelques un(e)s durant cette semaine dès le lundi 8 octobre, à la  première au CaféGem, premier lieu à avoir accueilli le lancement d’Interpol’Art il y a quelques années, avec déjà un comédien !

Au programme, des lectures de pièces sûrement policières, des écoutes de dramatiques radios souvent issues des programmations de la radio nationale, notamment Nuits Noires, des chansons…..

 


L’été en automne, qu’est-ce que c’est ?

Les écritures d’aujourd’hui parlent le monde, racontent l’actuelle vie, renvoient sur scène le compte-rendu de tel drame plus ou moins important, tel fait divers qui dit sûrement beaucoup, tel moment de bonheur, … Tout ce que nous rapporte ce théâtre renvoie à la sensibilité des uns et des autres. Et la sensibilité, comme la langue est notre lien vital, ensemble.                     

L’été en automne,  c’est le lieu de la sensibilisation, de l’approche conviviale de ces écritures. C’est un endroit privilégié de la lecture théâtrale. Parce que le théâtre est une littérature de l’oralité, une induction du jeu, un projet à transmettre à d’autres. En cela l’Été en automne  est la composante inévitable d’une société en mouvement. Faire tous les ans et toujours mieux sont les ingrédients de la réussite de la manifestation. (…)

Les écrivains de théâtre sont nombreux aujourd’hui dans la francophonie.  Certains sont connus, d’autres pas (encore). Ce qui est sûr, c’est qu’ils contribuent tous, sur tous les continents, à construire le patrimoine théâtral de demain. Certains seront même, après leur mort, tels Molière, Marivaux, Beckett, Ionesco, Hugo, Anouilh,  …  étudiés en classe. Rencontrons les maintenant qu’ils sont encore vivants et qu’ils viennent à nous.

Didier Lelong, Directeur Artistique Le Facteur Théâtre