Les tables-rondes du salon

Samedi 14 de 14h30 à 18h30 – Dimanche 15 de 14h à 17h

 


Cette année, nous accueillons pour la première fois l’association 813, les amis des littératures policières, en la personne de sa présidente Corinne Naidet, accompagnée d’Hervé Delouche, ancien président, qui nous font l’honneur et le plaisir d’animer deux débats. Patrick Van Langhenhoven animera comme d’habitude les autres rencontres.

 

 

  • De 14h30 à 15h30 Le polar entre image et écrit

Aujourd’hui, l’écrit n’est plus le vecteur unique et principal du polar. Dans une société où l’image est omniprésente, les romans policiers se déclinent sur tous les modes d’expression visuelle : cinéma, série télé, bande dessinée, photographies, web série… Approches multiples de l’image et de l’écrit avec David Defendi, co-scénariste de la série Braquo ; Sophie Hénaff pour l’adaptation télévisuelle de Poulets grillés ; Titwane pour ses reportages  dessinés sur divers services de police et Marc Charuel, ancien photoreporter de guerre.

Avec Marc Charuel,  David Defendi, Sophie Hénaff et Titwane


  • De 15h40 à 16h50 – Aux frontières de la loi : l’univers de la justice vu du polar

La littérature policière n’a eu de cesse de scruter le monde de la justice avec le regard de l’entomologiste. Avocats, juges, tension des prétoires, relations parfois difficiles avec la police, entorses au droit…Après avoir abordé le sujet des commis d’office, Hannelore Cayre, elle-même avocate, porte son attention, dans La daronne (Prix polar européen Le Point) sur une employée du ministère de la justice qui se retrouve à la tête d’un trafic de cannabis. Proche d’une littérature du réel, Antoine Bréa relate un moment particulier de sa vie d’avocat. Tandis que le « petit juge » calabrais de Mimmo Gangemi fait face à la ‘Ndrangheta’, à la corruption, au trafic de drogue.

Avec Antoine Bréa, Hannelore Cayre, Mimmo Gangemi (Rencontre traduite de l’italien par Christophe Mileschi, traducteur de Mimmo Gangemi) et Hervé Delouche, modérateur.

 

  • De 17h00 à 18h00 90 ans après, le mystère du Masque n’est pas éclairci

« Le Masque, c’est le mystère, le masque peut cacher un très joli visage ou une horreur, et tout le monde a envie de le soulever». 90 ans se sont écoulés depuis la création de la collection par Albert Pigasse et l’écho de sa formule résonne aujourd’hui dans le monde entier : à Glasgow avec Alex Morrow, l’inspectrice de Denise Mina, à la recherche d’une mère de famille suspecte (De sel et de sang) ; à Moscou et à Djakarta où Walter Lucius en fait voir de toutes les couleurs (surtout le noir !) à la journaliste Farah Hafez depuis qu’elle enquête sur la mort d’un jeune afghan à Amsterdam (Le combat de l’ombre) ; à Budapest, Vivianne Perret met en scène le retour mouvementé dans sa ville natale du célèbre Houdini (La reine de Budapest). Enfin, pour se désaltérer après tous ces voyages, apprécions les recettes de cocktails d’Anne Martinetti inspirés des auteurs du Masque (Mortels cocktails).

Avec Walter Lucius, Denise Mina, Anne Martinetti et Vivianne Perret.

 

 

  • De 14h00 à 15h00 –Jouer avec les peurs

Quelle est votre plus grande peur ? Si le polar est le genre de la transgression par excellence, le thriller est un jeu sans concession avec les peurs cachées ou connues, fantasmées ou vécues des lecteurs : meurtres en série, vaudou et rituels ésotériques, réseaux occultes, cauchemars, enlèvement, mort d’enfants, enfermement, catastrophe naturelle, violence urbaine… Fascination ou répulsion ? La parole est aux orfèvres de la terreur !

Avec  René Manzor,  Sire Cédric  et Dominique Sylvain.

 

  • De 15h00 à 16h00 – Du sang et du noir : écrire les violences

La violence et sa représentation sont au fondement du roman policier. Encore faut-il pour l’auteur que son écriture s’approprie ce réel pour le restituer avec force et style. Un temps fort avec des auteurs qui ne craignent pas de se confronter à l’âpreté de notre monde pour décliner les modes de la violence contemporaine : politique et financière avec Thomas Bronnec, urbaine et policière avec Cloé Mehdi, social et mafieuse avec Emmanuel Grand et familiale avec Danielle Thiéry.

Avec Thomas Bronnec, Emmanuel Grand, Cloé Mehdi, Danielle Thiéry et Corinne Naidet, modérateur.

  • De 16h00 à  17h00 – Quand le polar croise en chemin  l’histoire

Du Paris du 18e siècle en compagnie du commissaire aux morts étranges (Olivier Barde-Cabuçon), à la cour d’Anne de Bretagne au début du 16e siècle (Éric Fouassier), en passant par les faits divers réels ou imaginaires de la seconde moitié du 20e siècle que ce soit en Angleterre avec l’éventreur du Yorkshire (Michael Mention) ou les starlettes retrouvées mortes dans les Ardennes (Franz Bartelt). Rencontres avec des auteurs qui entremêlent faits historiques et créations romanesques.

Avec Olivier Barde-Cabuçon,  Franz Bartelt,  Éric Fouassier et Michael Mention.

 


Salle Jean-Pierre Miquel – Le Cellier – Dans la limite des places disponibles