Les tables-rondes du salon

Image9

Image1

  • De 14h30 à 15h30 30 ans de Rivages noirs : la face française

La collection Rivages/Noir, dirigée depuis trente ans par François Guérif, s’est imposée dans notre paysage éditorial grâce aux auteurs anglo-saxons (James Ellroy, Tony Hillerman, James Lee Burke, Jim Thompson…) mais aussi parce que des dizaines d’écrivains français y ont trouvé leur place, à commencer par nos invités, signe de la vitalité de ce catalogue : du cyber-polar avec Un trou dans la toile de Luc Chomarat, du thriller psychologique avec Amor de Dominique Forma ou encore Langue de fer de Pierre Grundmann.

Avec Luc Chomarat, Dominique Forma et Pierre Grundmann

 

  • De 15h40 à 16h50 Que cache  le passé ? Des crimes, sans aucun doute

Oublier le passé pour mieux vivre le présent serait une maxime de vie efficace si toutefois ne remontait à la surface du présent : regrets malsains, secrets putrides, envies irrépressibles de vengeance et parfois… des cadavres ! Le roman noir est un excellent révélateur des mémoires meurtries que ce soit par la politique (comme dans Condor où Caryl Férey articule une histoire d’amour et un road-movie qui part des bas-fonds de Santiago du Chili pour s’achever dans le désert minéral de l’Atacama et son exploitation illégale), par les drames familiaux (Annette Wieners, dans Cœur de lapin, relate la mésaventure d’une ancienne inspectrice de la police criminelle allemande reconvertie en fleuriste de cimetière depuis le décès de son fils ; dans ce cadre professionnel, elle apprend le suicide de sa sœur, n’y croit pas et doit affronter son passé pour effleurer la vérité) ou par la marginalité (Carlos Zanón  démonte le rêve d’un retour à une vie ordinaire de Francis, l’anti-héros de J’ai été Johnny Thunders, ancien guitariste de rock et toxico désargenté, revenu habiter dans le quartier ouvrier de son enfance à Barcelone – après des années d’excès, le rédemption s’avère impossible, la tentation du coup foireux disparaît rarement …).

Avec Caryl Férey, Annette Wieners  et Carlos Zanón (Rencontre traduite de l’espagnol et de l’allemand)

 

  • De 17h30 à 18h30 Petites et grandes oreilles : L’Espionnage  dans tous ses États

Après une éclipse suite à la disparition de l’URSS, le roman d’espionnage revient en force et de manière diversifiée en raison de la résurgence d’un terrorisme sanglant et de la mondialisation des trafics en tout genre. Un tour d’horizon de ce monde du secret et de l’ombre en compagnie de Pierre Pouchairet qui évoque, dans La filière afghane, les liens entre terrorisme et trafic de drogue, de Naïri Nahapétian évoque cet univers des espions, côté DGSE et côté iranien, dans Un agent nommé Parviz et dans Le mage de l’hôtel royal, tandis qu’avec L’affaire Léon Sardoski, Romain Slocombe retrouve la période de l’Occupation où les services allemands tentent de débusquer et d’infiltrer les réseaux de la résistance par leurs agents doubles. L’espionnage peut prendre une tournure plus privé, comme chez Olivier Gay où dans Trois fourmis en file indienne, le faux agent-secret Fitz met sur écoute et file un oligarque russe pour l’extorquer.

Avec Olivier Gay, Naïri Nahapétian, Pierre Pouchairet et Romain Slocombe

 

Image5

  • De 14h00 à 15h00 Femmes en danger

Les femmes sont souvent les premières victimes des violences familiales ou sociales. Quatre romans parus cette année mettent en scène des femmes qui, au péril de leur vie, luttent pour établir une vérité, défendent des personnes en état de faiblesse ou dénoncent les méfaits de certaines politiques. Ingrid Desjours, dans Les Fauves, retrace le parcours d’une  femme qui se retrouve sous la menace d’une fatwa alors qu’elle est engagée dans une ONG opposée au recrutement de jeunes pour le jihad.  Julie Ewa, quant à elle, s’intéresse, dans Les petites filles, aux activités criminelles liées à la politique de l’enfant unique en Chine. Elisa Vix nous invite, dans Ubac, à partager un drame familial où se mêlent mensonge, gémellité et crise de couple. Enfin, dans un registre plus humoristique, Violette Cabesos convoque, dans Portrait de groupe avec parapluie,  des veuves à la retraite qui se mettent en danger afin de découvrir l’identité d’un serial killer amateur d’art.

Avec Violette Cabesos, Ingrid Desjours, Julie Ewa et Elisa Vix

 

  • De 15h15 à 16h15 – BD polar : Détectives, la série

Herik Hanna déploie une série complète, à partir de l’album Sept détectives, où les plus grands détectives connus de par le monde des années 20 étaient convoqués par Scotland Yard pour répondre au défi lancé par un mystérieux assassin. La série Détectives donne à lire une enquête de chacun des 7 détectives de l’album initial : Miss Crumble, Ernest Patisson, Martin Bec, Richard Monroe…. A chaque titre, une enquête en solo et un dessinateur attitré : Sylvain Guinebaud, Nicolas Sure, Thomas Labourot…

Avec Herik Hanna et des dessinateurs de la série

 

  • De 16h30 à  17h30 – L’Art du crime

Assurément, les assassins ne manquent pas d’imagination lorsqu’il s’agit de mettre à exécution leur projet criminel. Lieux surprenants, mort suspecte, cadavres étrangement agencés, substance létale inconnue… Un florilège : dans Les racines du sang de Natacha Calestrémé, le directeur d’un laboratoire pharmaceutique est retrouvé mort dans le parking souterrain de l’immeuble de sa maîtresse une mystérieuse substance sucrée au fond de sa gorge. Eléna Piacentini met en difficulté le commandant Leoni de la PJ lilloise, dans une nouvelle aventure (Aux vents mauvais), où un corps en position de gisant est extrait de la cave d’une maison en démolition. Dans Meurtre à Ménilmontant de Patricia Osaganian, le lieutenant Vouzelles enquête sur le meurtre d’un éboueur retrouvé dans une poubelle. Noël Balen et Vanessa Barrot, dans le nouveau tome des Crimes gourmands, envoient Laure Grenadier et Paco Alvarez du magazine Plaisirs de table  à l’Auberge de la tante Adèle. Au menu : chute fatale, disparition d’un mystérieux carnet,  communauté ésotérique, militants anti-foie gras, recettes médiévales insolites et potions d’apothicaire. De quoi régaler vos papilles d’enquêteur !

Avec Noël Balen, Vanessa Barrot, Natacha Calestrémé, Patricia Osganian et Elena Piacentini


Modérateur  : Patrick Van Langhenhoven

PVL

 

 

 

 

 

 

 


Salle Jean-Pierre Miquel – Le Cellier – Dans la limite des places disponibles

archive 2 2015