Naïri NAHAPETIAN

Naïri Nahapétian est née en 1970 dans une famille arménienne à Téhéran, ville qu’elle a quittée en 1980 après la révolution islamique sans pouvoir y retourner durant quinze ans.

Elle a réalisé de nombreux reportages en Iran publiés dans différents titres de presse (Politis, Témoignage chrétien, Charlie hebdo, Arabies…) avant de commencer à travailler il y a une dizaine d’année en tant que journaliste au sein de la rédaction d’Alternatives économiques.

Elle a écrit deux polars Qui a tué l’ayatollah Kanuni ? et Dernier refrain à Ispahan, traduits en plusieurs langues européennes et parus en Points Policier. Tous deux visent à faire découvrir la société iranienne au-delà les stéréotypes occidentaux, le premier mettant en scène la corruption de la République islamique et le deuxième la situation des femmes en Iran.

Naïri Nahapétian démarre en 2015 une série d’espionnage entre Orient et Occident avec Un agent nommé Parviz, poursuivant l’exploration de la société iranienne et de ses paradoxes à travers le conflit du nucléaire.

 

Dernier ouvrage paru : Le mage de l’hôtel Royal (Editions de l’aube – 2016)

Un prestidigitateur iranien, le mage Farzadi, est assassiné dans un grand hôtel au bord du lac Léman.Il a, peu avant sa mort, reçu dans sa chambre un mystérieux journaliste persan ainsi qu’une jeune Irano-Américaine aux très ­érotiques cuissardes…Farzadi a-t-il été victime de dissensions internes au ­régime islamique ? Ou bien a-t-il été liquidé par la CIA ?

L’enquête est confiée à la DGSE et Florence Nakash, ­persuadée qu’une partie de la réponse se trouve dans un traité d’alchimie, aura besoin de l’aide d’un vieil ami ­nommé Parviz. De Paris, il lui faudra aller jusqu’à ­Téhéran pour démêler le vrai du faux et retracer le ­parcours de cet étonnant mage aux multiples existences. Une enquête rondement menée, efficace et subtile.

 

biblio nahapetian

Laisser un commentaire